Cotonou, le | ---
Pour une dynamique de développement
mercredi 18 juin
LE BENIN OUVRE SON ECONOMIE SUR LE MONDE A PARIS
(Accompagnons le défi de 2900 milliards à relever)
La République du Bénin organise à Paris, les 17, 18, et 19 juin 2014 une table ronde des partenaires pour le financement du développement du Bénin. C’est une fenêtre que le Bénin de Boni Yayi ouvre sur le monde pour insuffler une nouvelle dynamique à son économie et porter son développement à l’ère de la mondialisation. Cette table ronde inédite et de portée historique bénéficie déjà des appuis de la Banque Islamique pour le Développement (BID) et de la Banque Africaine de Développement (BAD) qui s’annoncent comme des soutiens de premier rang à cette initiative du gouvernement de Boni Yayi.
L e Docteur Boni Yayi a déjà décroché 12 milliards de dollars à la BID pour accompagner le secteur éducatif béninois. Cet apport substantiel de la Banque Islamique pour le Développement permettra notamment, le financement de la construction de salles de classe dans les départements de l’Alibori, du Borgou, de l’Atacora, de la Donga, des Collines, et du Zou. Aussi, ce financement permettra–t-il une amélioration des conditions de vie des enseignants. Cette bonne nouvelle a été annoncée, lundi dernier, à la rencontre initiée par le Chef de l’Etat avec les potentiels partenaires à la table ronde qu’organise le Bénin à Paris. Au regard de l’engagement personnel de Boni Yayi dans ce projet de table ronde, la Banque Africaine de Développement a, en ce qui la concerne, annoncé qu’elle a déjà inscrit à son portefeuille, certains projets porteurs du Bénin. On peut noter les projets de développement touristique de la Route des pêches, les projets agricole et routier. En raison de la rencontre avec les responsables de la BAD, notamment avec son président, Donald KaberuKa, on est en droit d’affirmer que les deux institutions financières accompagnent le Bénin dans sa quête de mobilisation de 2900 milliards de FCFA pendant la table ronde de Paris.
Signalons qu’en ce qui concerne la BAD, c’est environ 550 milliards de nos francs qui ont été mobilisés pour le Bénin depuis 1972, soit environ 1,140 milliards de dollars US. Cette Banque accompagne le Bénin dans divers projets, notamment dans les domaines du transport, l’agriculture, le social, l’électricité, l’eau, l’assainissement, les finances, l’industrie et biens d’autres projets multisectoriels.
Outre ces deux banques sous- régionales, la table ronde de Paris bénéficie des soutiens de la Banque Mondiale et du Pnud. Ces deux structures promettent leur accompagnement aux 130 projets qui focaliseront les attentions au cours des assises de Paris, pour un besoin estimé à 6529 milliards dont 2900 milliards attendus.
Il conviendrait que les opérateurs économiques, le Patronat béninois et autres grandes fortunes béninoises jouent leur partition, pour faire de cette table ronde de Paris une réussite totale.
À lire aussi ...
Politique sociale en République du Bénin

Boni Yayi porte l’enfant et la femme dans son coeur
Gratuité de la scolarité des filles, des soins de santé, de la césarienne, les micro finances au profit de la gent féminine en situation précaire… Si la femme reste le sel de tout développement, l’enfant en constitue le socle. Il n’y a en effet de développement que d’homme. Le Dr Boni Yayi, depuis huit ans de gestion à la tête de notre pays, a épousé cette assertion et place l’enfant et la femme au coeur de sa politique sociale.

La beauté exceptionnelle de la femme béninoise que le Président Boni Yayi n’a de cesse de vanter, a le sens d’un message dont la profondeur ne saurait se limiter à une simple opération de charme. Pour le Chef de l’Etat, la beauté de la femme béninoise réside dans sa disponibilité légendaire, son efficacité au poste et en ménage, son dévouement et son mérite de confiance. La prudence qui la caractérise n’émousse nullement son audace, sa perspicacité et son courage. Boni Yayi perçoit en réalité la femme aux mille bras comme : Reine de la terre.
Cet amour que le Président Boni Yayi voue à la femme béninoise est aussi profond qu’il le concrétise à travers divers programmes pour juguler dans la mesure du possible ses affres et souffrances. Ainsi, son gouvernement a initié une série de mesures au profit de la fille, la femme et de l’enfant béninois. Il faudra retenir entre autres mesures la gratuité de la césarienne. En effet, il est inconcevable de perdre sa vie en voulant procréer. C’est un drame. C’est donc pour combattre cette fatalité que le gouvernement de Boni Yayi a décidé de la mesure de la gratuité de la césarienne. L’enfant qui vient de naître a également besoin d’une vie florissante et d’être en bonne santé.
Hélas ! Sur le chemin de sa croissance, l’enfant aura à affronter la redoutable malaria, l’impardonnable poliomyélite e t d ’ a u t r e s p a t h o l o g i e s impitoyables. C’est donc conscient de ce combat de l’enfant pour la vie que le père de la Nation et son gouvernement ont décidé de l’accompagner pour affronter ces maladies à travers la gratuité des soins de santé.
Lorsque l’enfant est en bonne santé, il a besoin d’une éducation ; il s’agit là d’un droit universel. Boni Yayi en fait une priorité de son gouvernement et adopte la mesure de la gratuité de la scolarité des filles. La construction de plusieurs écoles et les subventions accompagnent ce programme pour le bonheur des enfants filles du Bénin. Et pendant ce temps, les femmes, les mères, socle de la famille, ne sont pas oubliées. Elles bénéficient d’un accompagnement dans leurs activités génératrices de revenus, à travers des programmes de micro finance.
De multiples témoignages soutiennent ces programmes de micro finance qui constituent un volet important de la politique sociale qui pousse le Bénin sur le chemin de l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement.
Entre Boni Yayi et la femme béninoise, l’histoire est plus que celle du ‘’je t’aime, moi non plus’’ c’est une question de vision, une histoire de prospérité partagée, le fondement du Changement et de la Refondation pour un Bénin émergent.


ONG Dignité Féminine

La Presse au Bénin