Cotonou, le | ---
lundi 31 mai
Fête des mères :Le Club des ‘’Assiénon’’ distingue et honore les meilleures femmes du Bénin
Elles sont au nombre de neuf , ces femmes qui ont capté l’attention et forcé l’admiration du club des ‘’Assiénon’’ dirigé par Madame Florence S. EYENA. Elles ont reçu chacune, un trophée, signe de leur engagement et de leur implication dans la vie de la femme béninoise dans toutes ses dimensions.

Un trophée sous forme du dauphin, cet animal aquatique empli d’amour, de tolérance, de partage, de compassion, de compréhension, de solidarité et d’assistance comme l’a fait savoir la présidente du club. Si les 9 femmes lauréates en sont arrivées à être distinguées, c’est parce qu’elles portent en elles ces multiples qualités dont est nourri le dauphin.

Et bien plus , le club a défini des critères à base desquels les femmes lauréates ont été sélectionnées. Des critères qui stipulent qu’elles doivent être des femmes contribuant par leurs différentes activités et leur bonne gestion à la croissance économique et au développement de leur pays. Le deuxième consiste à être digne de confiance et à assumer pleinement les obligations conjugales. Quant au troisième critère, il postule que la maman doit être capable de supporter et de résister à toutes les péripéties et toutes les pressions de sa belle famille par amour pour ses enfants.

Et enfin, il fallait que la lauréate soit humble de cœur et capable de le prouver dans son vécu quotidien et d’être noble en créant une bonne relation entre ses consoeurs et elle dans son domaine d’activité. Ces différents critères ont fait de Honorine H.ATTIKPA, Directrice de Publication de Dignité Féminine Hebdo et de l’ong ‘’Dignité Féminine’’, de Melvina Bello IROKO, Présidente de la Fondation Cléopâth d’Afrique, de Dizé AKPAKI, de Princesse Paulette NOUTAÏS, de Mathilde MINHENTO, de Georgette AKOUESSON, de Christiane ADOVELANDE, de Epiphanie HOUANDJI et de Edwige De Souza née NARABOU, les lauréates de la première édition des trophées de ‘’la meilleure femme de l’année’’.

A l’occasion, la présidente du club a donné une communication sur les relations qui doivent exister entre belle-mère et brue. Il en ressort que les jeunes couples ne doivent pas perdre de vue leurs devoirs envers les parents qui les ont mis au monde. Elle a fait savoir aussi que la grande responsabilité revient à la femme de faire en sorte que son époux ne range aux oubliettes ses propres parents.

Mais il est aussi important que l’homme accorde la considération nécessaire à sa femme afin qu’elle soit rassurée dans son engagement et dans sa vie conjugale. Ainsi, les femmes béninoises seront des déesses sur terre. Une place qu’elles méritent quand on sait qu’elles peuvent perdre la vie en voulant donner la vie.

Wilfried TCHEKPO


ONG Dignité Féminine

La Presse au Bénin