Cotonou, le | ---
lundi 31 mai
La politique, une vraie farce !
Le dictionnaire Hachette définit la politique, entre autres, comme la science ou l’art de gouverner un Etat. Il la désigne également comme la conduite des affaires publiques.

Conçue et vécue comme telle, la politique ne devrait pas présenter l’image négative qu’elle offre au peuple béninois.

Une grande femme, politicienne de surcroît, connue pour son honnêteté et son franc-parler, se désolait tout récemment : « Lorsque vous invitez à une séance des personnes, elles craignent qu’il s’agisse d’une affaire politique, puis s’abstiennent. Nos concitoyens commencent par devenir frileux de la politique. » Et oui, c’est vrai.

Les populations nous l’ont aussi souvent servi.
Elles expriment de plus en plus leur soulagement, lorsqu’elles remarquent qu’une rencontre s’est déroulée jusqu’à son terme sans notes politiques.
Il paraît alors évident que le mariage apparent qu’on observe entre les politiciens et la base ne sont que des farces. Le peuple aurait souhaité autre chose que cela.

Ce dégoût de la chose politique, loin d’être préoccupant pour les acteurs, est plutôt vécu comme normal. Ils feignent d’ignorer que les populations se lassent de leurs promesses non tenues, de leurs nombreux calculs politiques qui n’ont d’autres fondements et finalités que leurs propres intérêts.
Se refusant de voir en face cette réalité, ils se succèdent aux mêmes places publiques, en face des mêmes citoyens, ayant habilement changé les tee-shirts du précédent politicien pour être encore prêtes à scander, sans conviction aucune, les mots et chansons que ces hommes et femmes politiques aiment bien entendre.

Et quand le soir des décomptes arrive, certains baignent bien sûr dans la déception. Les fruits n’ont plus tenu la promesse des fleurs. A qui demander des comptes ? Personne. C’est un jeu de malhonnêteté. Tout le monde le sait, tout le monde s’y plaît. Ainsi va la politique au Bénin. Au développement réel de chercher son itinéraire on ne sait trop où, ni comment. C’est dommage.

Honorine H. ATTIKPA


ONG Dignité Féminine

La Presse au Bénin