Accueil > HEBDOMADAIRE > Sport / Culture > Polémique à propos de la dissolution de l’équipe nationale A du Bénin : Les (...)

Polémique à propos de la dissolution de l’équipe nationale A du Bénin : Les bonnes équipes coûtent cher

lundi 15 février 2010, par Dignité Féminine

Après la Can Angola 2010, une polémique est née au Bénin à propos de la dissolution de l’équipe nationale A du Bénin. Certains évoquent la quantité d’argent engloutie dans cette campagne africaine, alors que la fédération béninoise parle d’indiscipline et de manque de patriotisme.

Seulement, une bonne analyse du football moderne permet de dire qu’il faut beaucoup d’argent pour avoir une bonne équipe et que les bons joueurs coûtent chers.

Le Bénin, pays en voie d’émergence comme certains aiment le dire, a encore du chemin pour se faire un nom en football. Les qualifications à une phase finale de la plus prestigieuse compétition africaine en 2004, 2008 et 2010 peuvent faire rêver tout le peuple. Mais il semble aujourd’hui que la nouvelle polémique née autour de la dissolution du onze national après la Can montre clairement que notre pays n’est nullement prêt pour faire face aux exigences du sport moderne.

En effet, si on comprend aisément que le sous –développement est une maladie, la situation économique de notre pays ne permet pas d’avoir des ressources financières suffisantes pour combler les attentes des joueurs dont les compétences monnayées dans des pays riches valent leurs pesants d’or. C’est ce qui fait aujourd’hui qu’au Bénin, la polémique s’enfle à propos des primes des joueurs béninois évoluant au sein des Ecureuils.

La plupart de ces joueurs évoluent à l’étranger dans des clubs qui leur paient un salaire à la mesure de leur savoir-faire. Or, peut-on comparer ce que ces joueurs gagnent dans leur club et ce qu’ils gagnent en deux semaines de campagne africaine ? Les joueurs eux, le font certainement, évaluent les risques qu’ils encourent pour leur carrière en prenant part à une campagne au cours de laquelle ils peuvent hypothéquer tout leur avenir professionnel.

Il faut de l’argent pour avoir de bons résultats en football
Le football moderne est une affaire de gros sous et cela est une réalité au regard de la contingence internationale. On ne reviendra plus ici sur le salaire des stars du football international, mais ce qui est certain et qui se remarque dans les pays riches et les championnats les plus relevés, c’est que les clubs dépensent énormément pour acquérir, je dirai même acheter, et c’est le mot qui convient le mieux, des joueurs dont les capacités et le savoir-faire mis ensemble donneront les résultats escomptés.

Les clubs comme Barça, Chelsea, et bien d’autres sont sur cette longueur d’onde et c’est cette logique qui guide les clubs des ligues professionnelles de par le monde. Le mercato, ce marché de vente de joueurs professionnels est ainsi né pour le transfert de joueurs d’un club à un autre avec pour conséquence des milliards de francs cfa. Il faut donc comprendre qu’aujourd’hui, tout bon joueur est systématiquement transféré à un autre club qui paie mieux ses prestations. Le prix du transfert évolue en fonction de ses compétences. Toutes les grandes nations de football œuvrent dans ce cadre pour l’amélioration des résultats de leur club.

Le Bénin est rentré dans ce cycle de professionnalisme en football en 2009-2010 et c’est pour faire comme les autres pays et obtenir des résultats. Mais notre pays est dans un état de développement que les autres ont déjà atteint il y a de de cela plus de cent ans. Et comment arriver à se mesurer efficacement à ces nations nanties en football qui sont de surcroît plus riches que le Bénin ? Comment les égaler et arriver à les dépasser si possible ?

On pourrait dire que le Bénin va trop vite en besogne en ce qui concerne son football. Le fait que le Président de la ligue professionnelle soit en même temps le président du patronat est une aubaine pour le football béninois qui doit dans un futur proche disposer de moyens financiers indispensables à son développement. Mais donnons- nous le temps de construire cette discipline qui est la discipline phare des sports modernes. Désormais donc, il faut comprendre que si l’argent n’est pas au rendez- les résultats feront toujours défaut.

Plusieurs pays africains ont vécu les mêmes polémiques avant, pendant et même après leur participation en phase finale des différentes coupes d’Afrique des nations. Seulement, ils ont su se redresser et bâtir une équipe nationale correcte en effaçant toutes les erreurs du passé.

La préoccupation actuelle des sportifs nationaux est que la fédération béninoise de football puisse se sortir de cette nouvelle crise et mettre en place une équipe nationale digne des espoirs des sportifs de notre pays. Car, en choisissant de nouveaux sélectionneurs pour le Bénin, la tendance risquerait d’être à un recommencement, à une reconstitution du onze national.

Ce qu’il faut obligatoirement éviter car, c’est au bout de l’ancienne corde qu’il faut tisser la nouvelle. En cassant l’ancienne corde, le Bénin risque de ne pas avoir de base solide ou de joueurs inexpérimentés dans les rencontres africaines et internationales.

Antoine ATTIKPA

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Mots-clés : spipbb
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.